Tuesday 20th April 2021,
leblogbebe

B comme Bronchiolite

charlotte lair Santé 2 commentaires

Dsc04652

Avant on parlait du grand méchant loup pour faire peur aux enfants. Aujourd’hui on parle de la bronchiolite pour faire peur aux mamans.

La bronchiolite est une infection virale respiratoire des ramifications des bronches très contagieuse. On estime que chaque année quelques 500 000 nourrissons (30 % de la population des nourrissons) sont touchés par cette infection.

Il est toujours difficile pour une jeune maman de distinguer un réel symptome inquiétant d’une peur irrationelle, la bronchiolite en fait partie.
On s’empêche aux premières quintes de toux de bébé de foncer chez le pédiatre car on déteste plus que tout son regard légèrement moqueur qui semble nous dire “la maladie est dans votre tête”. Dernièrement le mien m’a gentiment proposé de m’installer dans son immeuble pour simplifier nos allées et venues (certes j’y suis allée 8 fois le mois dernier).
Néanmoins nos soucis d’image ne sont rien à côté de la bronchiolite car au-delà de la maladie vous héritez du package de l’enfer : les soins.

Avant on parlait du grand méchant loup pour faire peur aux enfants. Aujourd’hui on parle de la bronchiolite pour faire peur aux mamans.

La bronchiolite est une infection virale respiratoire des ramifications des bronches très contagieuse. On estime que chaque année quelques 500 000 nourrissons (30 % de la population des nourrissons) sont touchés par cette infection.

Il est toujours difficile pour une jeune maman de distinguer un réel symptome inquiétant d’une peur irrationelle, la bronchiolite en fait partie.
On s’empêche aux premières quintes de toux de bébé de foncer chez le pédiatre car on déteste plus que tout son regard légèrement moqueur qui semble nous dire “la maladie est dans votre tête”. Dernièrement le mien m’a gentiment proposé de m’installer dans son immeuble pour simplifier nos allées et venues (certes j’y suis allée 8 fois le mois dernier).
Néanmoins nos soucis d’image ne sont rien à côté de la bronchiolite car au-delà de la maladie vous héritez du package de l’enfer : les soins.

Bébé tousse, a du mal à respirer, il ne dort plus, mange très mal et les sourires se font rares. La bronchiolite est rapidement diagnostiquée, et vous n’avez plus qu’un objectif en tête: la guérison. Pour atteindre cet objectif vous allez devoir vous assoir sur quelques principes, pactiser avec le diable et vous transformer en infirmière satanique.

Pour commencer il faut avoir le coeur bien accroché pour livrer quotidiennement votre enfant entre les mains d’un kiné, qui, au cours d’une messe noire très particulière dans une pièce saturée de ventoline va effectuer une série de pression sur son thorax afin de faire remonter ses glaires. L’instinct maternelle nous hurle de fuir avec notre enfant sous le bras, mais il faut se résoudre à admettre que c’est la seule technique qui peut le soulager. Durant ce pénible quart d’heure, bébé ne nous quitte pas des yeux et le sentiment de trahison poind dans son regard.
Il nous faut nous en accomoder, car à la maison ce n’est pas un inconnu mais bien vous qui allez devoir vous pencher sur son transat pour vous livrer à tout un tas de rites cruels. Pour cela il faut vous outiller. Tout d’abord le babyhaler, c’est une sorte de chambre à air barbare qui, plaquée fermement sur son joli minois (lui donnant de faux airs de vieille femme au lifting raté) va permettre à votre enfant d’inhaler de la ventoline et des corticoides. Vous répeterez cet exercice trois fois jours (c’est tellement sport que vous aurez la sensation de ne faire que ça).
Mais le soin le plus complexe reste le nettoyage du nez. Vous aurez à introduire dans les narines si petites et parfaitement dessinées de votre petit coeur tour à tour des pipettes de sérum physiologique en le maintenant sur le côté bouche fermée (dans l’idéal il faudrait être quatre pour y parvenir), puis aspirer ses narines à l’aide d’un mouche bébé (c’est un aspirateur nasal qui vous donnera des airs de prédateur) et enfin vous achèverez ce quart d’heure de bonheur par des pulverisation de rhynotrophil. Le rhynotrophil est une énigme insolvable : il s’agit d’une solution nasale conçue exclusivement pour les bébés avec un embout gigantesque. Soit le laboratoire est partie du postulat farfelu que tous les bébés présentaient un éléphantiasisme des narines, soit il y a un pari stupide derrière tout ça : déformer le nez de toute une génération. Quoi qu’il en soit je défie quiconque d’y parvenir.

Au bout d’une journée de ce régime le sentiment de trahison fait place à la colère, votre bébé se débat, hurle à la simple vue du sérum physiologique et vous pouvez considérer que vous avez brillament obtenu votre diplôme d’infirmière sadique.
Bientôt votre enfant guerira, et vous garderez en mémoire qu’endosser ce mauvais rôle c’est aussi notre job : être maman c’est tout faire pour que notre enfant se porte bien même si cela nous éloigne de notre idéal de douceur.

Partager cet article

Article de

2 commentaires

  1. Anonyme novembre 27, 2006 à 9:42

    Nous sommes 3 amies de la régions paca et nous avons créé un site pour les femmes voulant en bébé, enceinte ou déjà maman. Ce forum est tout nouveau.
    Si vous souhaitez venir discuter sur notre forum avec nous, nous vous attendons.
    A bientôt
    Elisa (Admin), Sand et Laurier (modos)

  2. Princesse Strudel décembre 2, 2006 à 8:27

    Etant nullipare je suis encore épargnée par ce genre de soucis. Néanmoins, je trouve ton article bien documenté, bien écrit et très drôle malgré un sujet qui l’est moins. Bravo!

Commenter cet article