Tuesday 30th November 2021,
leblogbebe

Comment culpabiliser plus les femmes qui avortent ?

Ivg Si vous ne savez pas, l'état du Kansas aux États-Unis, lui, le sait !

Une loi a été signée par Kathleen Sibelius, secrétaire à la Santé du gouvernement Obama. Et malgré son coté pro-avortement, cette chère Madame serait peut être du coté des 51 % des américains anti-avortement.

Mais je ne vous ai pas encore expliqué en quoi consistait cette loi. Et bien c'est très simple : "Désormais, chaque femme enceinte souhaitant avorter doit obligatoirement passer une échographie. Le texte stipule que des images du fœtus doivent être montrées à la future maman, et que les battements du petit cœur du bébé doivent aussi être écoutés, au minimum 30 minutes avant l’interruption volontaire de grossesse.".

Le fait d'avorter étant déjà un choc psychologique pourquoi ne pas en rajouter ? Je suis pour le fait de faire prendre conscience aux jeunes filles qui prennent l'IVG comme une moyen de contraception que ce qu'elles font (pas avorter mais plutôt ne pas se protéger) n'est pas forcement le bon moyen. Mais de là à enfoncer le couteau chez la pauvre femme poussée par son mari qui ne veut pas du bébé, ou celles qui avortent car leur bébé a une maladie… je dis non !

Partager cet article

Article de

9 commentaires

  1. irina juillet 9, 2009 à 12:34

    Pas besoin de faire voter une loi, ça se fait déjà et même en France !
    Il suffit de s’attarder sur un forum IVG pour se rendre compte que c’est même une pratique loin d’être rare !
    Après, il ne faut pas confondre tout. Un avortement n’est pas une interruption médicale de grossesse, cela n’a strictement rien à voir, je ne pense pas qu’une maman subissant une IMG apprécie de se voir considérer comme ayant fait un avortement classique.
    D’ailleurs, la loi sur les enfants mort-nés donnent une existence à l’enfant issu d’une fausse couche ou d’une IMG quelque soit son terme, pas à un “avorton”.
    De plus, les mamans qui vivent une IMG la vive plus tard dans leur grossesse (temps du diagnostic, ect…) et découvrent souvent le problème au cours d’une échographie.
    Et quand on lit leurs témoignages, ces échographies restent pour elles des trésors inestimables, quand elle n’assistent pas en direct à l’euthanasie in utero de leur enfant.
    Bref, ne pas tout mélanger !

  2. Jean-Marc octobre 20, 2009 à 8:48

    “un choc psychologique”, bien sûr, mais si cela peut éviter un “choc physique” au bébé … Même sur le blogbebe : qui s’en soucie ?!

  3. Jean-Marc octobre 20, 2009 à 9:26

    Donc, le bébé dit oui … et comme le souligne Arantza Quiroga, président du parlement basque “Quel message fait-on passer auprès des jeunes ? « Tu peux avoir des relations sexuelles comme tu veux, cela n’a aucune conséquence ». Mais c’est un parfait mensonge, qui fait l’impasse sur la souffrance psychologique des femmes après l’avortement !”

  4. vero octobre 20, 2009 à 10:57

    jean-marc, feriez vous partie d’un mouvement anti-IVG par hasard ?
    en tant qu’homme, vous savez quel peut être les répercussions d’un IVG dans la tête d’une femme …

  5. Jean-Marc octobre 20, 2009 à 10:01

    Non je ne fais pas partie d’un mouvement anti-IVG, bien que je ne vois aucun mal à cela, et oui je sais les répercussions d’un IVG dans la tête d’une femme : il suffit de lire les témoignages, ils sont très nombreux.

  6. Jean-Marc octobre 21, 2009 à 1:25

    Désolé pour Arantza Quiroga : présiden-te : hé oui, c’est une femme !

  7. Jean-Marc octobre 30, 2009 à 1:11

    Même sans comprendre l’espagnol, on sent bien ici un certain enthousiasme parmi les femmes :
    http://www.youtube.com/watch?v=qMicRk0dM7k&NR=1

  8. vero octobre 30, 2009 à 11:06

    jean-marc, on a bien compris que vous êtes anti-IVG.
    Votre propagande n’a pas sa place ici …

  9. pradel virginie octobre 30, 2009 à 11:46

    Jean-Marc, le corps d’une femme appartient a elle seule et si elle ne veut pas avoir d’enfant c est a elle de voir.
    Et l’IVG est quelque chose de très bien a mon avis si ce n’est pas pris comme “médicaments” a tout va.
    Après il y a aussi les facteurs sociaux
    qui peuvent pousser une femme a avorter mais la n est pas le sujet.
    Je trouve ça intolérable de faire souffrir psychologiquement une femme parce qu’elle a décidé d’avorter.
    Chacun a son avis sur la question, mais ce serait beaucoup mieux d’en discuter en restant tolérant.

Commenter cet article