Monday 09th December 2019,
leblogbebe

L’éducation est elle forcément violente ?

virginie pradel Education, Opinion 11 commentaires
Violence_enfant "Il va te mener par le bout du nez !" : voilà ce que j'ai encore entendu il y a peu concernant mon bébé d'amour, le plus choupinou du monde. Et tout ça pourquoi ? Parce que je lui donnais le tétou (le sein) parce qu'il me l'avait seulement demandé….

Il y a aussi la phrase : "Il faut lui montrer qui commande". Pourquoi avoir un bébé et l'éduquer serait une guerre ? Avec bébé d'un coté et les parents de l'autre…

Et la cerise sur le gâteau, je crois que c'est le fameux : "une bonne fessée n'a jamais fait de mal à personne au contraire !", alors que beaucoup de personnes se posent la question du bien fondé de cet acte. De mon coté pas de probleme vu que donner la fessée à son enfant est interdit par la loi néerlandaise.

Et bien je ne sais pas pour vous, mais pour moi avoir un bébé signifie l'élever afin qu'il soit préparé à rentrer dans la vie active avec un bon bagage, et une bonne dose de confiance en lui et d'estime envers lui et les personnes qui l'entoureront plus tard. L'élever dans le respect de lui même et des autres. Et je ne pense pas que c'est en le battant (parce que pour moi la fessée signifie battre son enfant) que j'y arriverai.

La fessée reste un geste encore très répandu en France. Selon une enquête réalisée en 2007 par l'Union des familles en Europe, 87% des parents français déclarent avoir donné une fessée, et 62% la jugent "bien méritée". Le sujet a déjà été abordé donc je n'y reviendrai pas même si cela me donne la nausée. J'ai donnée une petite tape sur la main de Bébé-chan une fois, qui ne l'a même pas fait pleurer et j'en ai été malade pendant 3 jours…

Je sais que beaucoup de personne ne sont pas d'accord avec moi mais j'aimerai juste qu'elles se demandent si faire mal à l'être qu'elles ont de plus precieux au monde est normal ?

Qu'il s'agisse de violence physique, verbale ou autre, je ne pense pas qu'elles aient une place où que ce soit dans l'éducation d'un enfant. Le fait de répondre aux besoins d'un enfant en lui donnant le sein parce qu'il a besoin d'être réconforté à ce moment là ou tout simplement parce qu'il a soif, ou même rester 10 minutes de plus au parc parce qu'il s'amuse bien (et puis si vous n'avez rien d'autre de prévu, pourquoi ne pas y rester ? Le goûter peut bien attendre un peu), et bien tout ça n'est pas forcement "céder". Combler les besoins d'un enfant n'est pas forcément synonyme de victoire ou de défaite.

L'éducation est un vaste sujet qui demande à être approfondi. Ma question pour vous sera seulemement : pensez vous que la violence ait une place dans l'éducation d'un enfant ?

Partager cet article

Article de

11 commentaires

  1. Nessie octobre 8, 2009 à 9:51

    Faut être idiot pour confondre violence et éducation. NON une fessée ne fait pas de mal si elle est rare et méritée. Il ne faut pas s’étonner de voir les enfants répondre a leur parents et n’avoir plus aucune limites puisque qu’on ne les punit plus.
    Qu’est ce que l’on peut lire comme co*****res et je trouve cela très grave sur un blog qui se veut sérieux de lire des trucs pareils.

  2. aie octobre 9, 2009 à 9:11

    Bonjour
    Pas de fessées ! Outre la douleur physique, c’est humiliant pour l’enfant.
    Faut être idiot pour abuser de sa force et taper un enfant. Ne pas frapper un enfant, ce n’est pas renoncer aux punitions !

  3. vero octobre 9, 2009 à 11:34

    d’accord avec toi :
    frapper un animal, c’est de la cruauté
    frapper un adulte, c’est de la violence
    frapper un enfant, c’est de l’éducation …
    beaucoup de gens confondent éducation non violente et laxisme …
    un petit livre pas cher paru très récemment :
    http://www.editions-jouvence.com/fr/ouvrages/fiche.cfm?ouvrage=K1464&theme=
    nessie : c’est votre point de vue.
    qui vous dit qu’une seule fessée ne marque pas l’enfant, au moins dans sa tete ?
    le vieil argument ” j’en ai eu et je suis pas morte” a encore de beaux jours devant lui …

  4. Eliza Taddei octobre 9, 2009 à 11:37

    Je crois que Virginie ne parle pas que de la fesée, mais de toute punition, en général. La question étant : faut-il satisfaire toujours la demande des enfants ? Je me trompe, Virginie ?

  5. gazelle26 octobre 9, 2009 à 11:37

    Il y a une différence entre frapper, battre et donner une fessée qui s’apparente à une ou deux claques sur les fesses ! j’ai un bébé de 8 mois que j’aime plus que tout au monde mais je n’hésiterai pas plus tard à lui donner des petites “tapes” sur les fesses quand il en sera pas sage ! On dit que les jeunesse est insupportable, mal elevée etc…mais ça ne m’étonne pas, les parentes démissione de leur rôle, considères leurs enfants comme des dieux vivants, alors forcémment….il faut être stricte sans non plus tomber dans l’excès mais je sais que mon fils ne fera pas n’importe et on lui inculquera des bases fermes :

  6. pradel virginie octobre 9, 2009 à 12:20

    Alors…
    Nessie, je trouve vos propos très agressifs. Oui je pense qu’une fessée ne se donne pas. Qu’est ce qui “mérite” qu’on frappe sur son enfant ?
    Eliza, vous vous trompez sans vous tromper :) . Non je ne parle pas que du fait de taper son enfant en donnant la fessée, mais par contre je ne pense pas qu’il faille satisfaire a tout moment la demande d’un enfant. Par contre, a mon avis il faut la prendre en compte. Par exemple avec l’histoire du parc : il est 16h, l’heure du gouter mais Bébé-chan ne veut pas quitter le parc. A quoi bon le forcer si il s’amuse bien et que rien ne nous attend. On peut gouter a 16h30 on ne va pas en mourir. Donc quand ça arrive nous restons un peu plus au parc. Par contre si j’ai un rdv comme le lundi soir, nous rentrons.
    Ça n’est pas être laxiste ou tout autorise mais juste prendre en compte la demande de l’enfant, et certaines personnes ne le font pas parce que pour elles c’est synonyme de défaite, ils ont “cédé” a leur enfant.

  7. Galeiliante octobre 10, 2009 à 12:01

    La vrai question Eliza, est peut-être autre: est ce que ne pas punir veut-il dire l’enfant roi?
    J’ai un gros doute. Stop, n’est ce pas un mot efficace. La punition, c’est bon pour la justice non? c’est extreme: la justice demande des paiment financier ou de la prison. c’est une punition, extreme a des actes extreme. on te puni pas parce que t’a pas voulu débarrasser la table, ou parce que t’a pas voulu rester a table. mais les punitions sont dans l’acte d’autoconpensation. La punition légal n’est pas donner par la victime de l’acte, mais par un etre neutre. en tant que parent, nous ne pouvont pas etre neutre sur nos enfant. nous sommes impliqué.
    Je peux refuser de preter mes crayons a mon fils en lui disant simplement: ca fait 3 fois que je te les prete, 3 fois que tu les abime. Pour l’instant je n’ai plus envie de te les preter.
    Est ce le punir? non. je constate depuis 3 fois qu’il n’a pas l’attitude avec MES affaires que moi j’attend. je ne lui laisse pas l’opportunité de refaire ca. et j’attend qu’il me montre, qu’il puisse le faire. d’ici quelques semaines, mois, j’accepterais à nouveau, et je lui redirais ce que j’attend sur mes crayons.
    Mon enfnat tappe un autre enfnat. c’est innacceptable. mais le punir, ne changera strictement rien à son comportement. Mon fils tappe. je le sais, déjà je suis vigilante. Je ne lui laisse pas l’opportunité de le faire. si malgres tout , ca arrive. Parce que je suis pas surhumaine. Je dit a sa victime que c’est innaceptable.parfois l’enfant en face tappe. Que puis je y dire? il se defend.
    Mais moi, je cherche, je parle, sur l’origine de la violence. je fait beaucoup beaucoup de chahut pour qu’il n’est plus le besoin de l’exprimer par des coup . Je vais travailler avec lui pas etre dans l’abandon. il tape. Point.
    je ne suis pas dans ceder tout ou rien. je suis dans une attitude différente.
    Je ne sais pas t’expliquer… clairement, ca se voit. mais Si mon fils veut des bonbons mis pres des caisses au magasin. je ne cede pas. Il m’arrive d’en prendre. mais je ne suis pas dans “ceder a une colére”. il se met en rage. je l’empeche de ce blesser. tampis pour les spectateur. J’accepte que ca ne plaise pas a mon fils. Lui de son point de vue: il est en colére. il n’y est pas quesiton qu’elle soit légitime ou pas. il le vit, le ressent. Point. moi j’ai appris, a accepter l’expression. Mais je n’accepte pas que cette expression le blesse ou blesse les autres. donc, j’agit pour sa protection.
    il y a des dizaines d’exemple.
    Je peux detailler a foisons. mais c’est dans le positionnement. pas de punition. mais pas laisser faire.
    les parents qui ne punisse pas en on raz le bol des remarque qui sous entendent l’enfant roi, tout ceder, tout laisser faire.
    ces pas ca le respect. le respect au contraire, c’est pas tout laisser faire. mais c’est un tout autre positionnement. une créativité parental tout autre. c’est pas forcement facile. ca demande des reflexion. (mais etre un parent “comme tout le monde” n’est pas plus simple!).

  8. Galeiliante octobre 10, 2009 à 12:02

    dernier point: pour moi legiféré sur la fessé ne suffit pas. si on accompagne vers d’autre solution. ca sert a rien du tout.

  9. vero octobre 10, 2009 à 3:37

    Galeiliante : le priver de ses crayons, c’est une punition. vous lui enlevez, le privez de qqchose qui lui fait plaisir, l’amuse …
    c’est comme si votre mari vous disait, ca fait 3 fois que je te prête mon téléphone/ma voiture, 3 fois que tu le casse, l’abime, je te le prête plus : c’est une sanction, une punition.

  10. Emilie octobre 11, 2009 à 10:37

    Moi je suis persuadée qu’on peut éduquer sans fessée ou “tape” sur la main. Ca me choque quand j’en vois, mais je ne vais pas empêcher les parents de le faire, déjà je me bats avec le père de ma fille, qui quand il voit notre fille dans ses jours où elle est plus chiante que d’habitude, remet en question le fait qu’on ne l’a jamais “fessée”. Dans ces moments là il doute de l’éducation, il pense que si elle avait eu une ou deux fessées, on pourrait la “menacer” d’en prendre une autre, et il pense que ça marcherait mieux. Mais c’est hors de question pour moi.
    Bref, que de raisonnements ancrés dans la tête des gens, comme c’est difficile de les convaincre du contraire….

  11. Galeiliante octobre 12, 2009 à 10:24

    Vero j’ai bien ecris “mes crayons” et non _ses_ crayons. c’est la nuance. et en l’occurance il s’agit bien de mes crayons que je traine depuis 30 ans. tandis que ces crayons, il en fait libre usage.
    Je ne crois pas etre dans la sanction si je suis dans le refus de preter une de mes affaires. je suis dans la cohérence social. un amis me prete un livre, je l’abine. Il n’aura plus envie de me preter quelque chose. Ce n’est pas une sanction. c’est juste qu’on a plus envie.
    mais ca vous arrange de voir ca comme une sanction. Je ne tente pas de vous convaincre.
    sauf que la punition passe dans la violence. quand je dis a mon fils ‘je n’ai pas envie pour l’instant de te preter ceci ou cela”. il ne se sens pas agressé. il refuse aussi de me preter ses affaire parfois. et je n’ai rien à en dire. ;-) . Vraiment rien. C’est sa propriété, une notion totalement nié dans notre culture au niveau familliale. libre à lui, et a moi de disposé comme bon me semble de mes affaires, et lui des siennes.
    tout est une quesiton de positionnement.
    La notion de propriété, et lié a celle de repect (conditionné au evenement). Autre exemple
    une petite fille, bien plus jeune que mon fils vient chez moi. Elle vient avec SES jouet et mon fils dispose des siens. il refuse qu’elle joue avec les siens. libre à lui? non? mais il ne refuse pas qu’elle joue avec les siens de jouet. il respect la propriété.
    Sur le respect conditionnel.Tu ne me respecte pas, je romps (un temps ou definitiviement le contact). Est ce une sanction (oooh oui humilie moi)? ou une meusrue de protection (conscience de ses propre limite).
    on jouit de l’acte de sanction, car il entre dans une dimantion de puissance sur l’autre.
    ma personne, mes affaires, une intégrité à respecter. tes affaires, ta personne une autre a respecter.
    ces affaires, sont à lui. libre a lui de les casser. libre a moi de casser les miens.
    Samedi dans ma rue (ou il y a 2 ecole maternel et 2 ecole primaine sur moins de 800m!). J’ai vu un pére frappé sa fille. Automatiquement, la gamine lui a répondu: tu m’agresse, je me defent. elle n’avais pas plus de 4 ans. Domage sa mére l’a frappé encore plus fort du coup.
    ils n’ont pas réflechis a ce qui se passé

Commenter cet article