Monday 20th May 2019,
leblogbebe

et vlan ! sur ma dent

virginie ciarletta Santé Pas de commentaire

RM8 Mon fils a la fâcheuse tendance à mordre les choses qui lui résistent ou à tomber des structures qu'il escalade. Il s'est récemment abimé une incisive de lait et j'ai découvert à cette occasion la brochure "et VLAN ! sur ma dent" qui donne des conseils en cas de traumatisme dentaire. Comme cette brochure n'est visiblement diffusée qu'en Lorraine, je reprends pour vous ici quelques uns de ses conseils :

  • en cas de choc sous le menton, il faut consulter un dentiste qui vérifiera les articulations des mâchoires et recherchera les éventuelles fractures dentaires
  • si la gencive saigne ou si la dent bouge, il faut également aller voir un dentiste rapidement même pour une dent de lait car il y a risque de tache pour la dent définitive
  • si un morceau de dent est cassé, récupérez le morceau et conservez-le dans du lait UHT ou du sérum physiologique (ou à défaut la salive de l'enfant) et rendez-vous le plus rapidement possible chez le dentiste, plus la fracture est proche de la pulpe (et donc du nerf), plus il y a urgence

les derniers conseils ne concernent plus les bébés mais pour les parents qui me lisent et ont aussi des "grands" : 

  • si une dent définitive tombe, il faut la ramasser en la tenant par la couronne, la passer sous l'eau du robinet sans gratter ni toucher la racine ; si c'est possible, il faut remettre la dent en place sinon il faut la conserver dans du lait, du sérum ou la salive et conduire immédiatement l'enfant chez un dentiste : plus la réimplantation est rapide (dans la demi-heure qui suit le traumatisme) et meilleures sont les chances de succès.

Bref, en cas de choc au niveau de la bouche, il vaut mieux consulter rapidement un dentiste. Ensuite il faut surveiller les dents : si une change de teinte et devient grise, cela signifie que même s'il n'y avait pas de dégât apparent, la racine a été touchée. La brochure conseille aussi de contrôler la vaccination antitétanique et de penser au certificat pour les assurances.

Partager cet article

Article de

Commenter cet article