Thursday 04th March 2021,
leblogbebe

Le traitement à l’hydrocortisone pour les prématurés n’est pas aussi efficace qu’on le pensait

Cortisol Le traitement de l'insuffisance surrénalienne avec de l'hydrocortisone chez les bébés prématurés afin de combattre l'inflammation et de prévenir les maladies du poumon n'est pas aussi efficace qu'on le croyait, selon une étude publiée dans le magazine Pediatrics.

L'étude suggère également que même si le faible taux de cortisol n'est pas nécessairement nocif, des niveaux élevés de cortisol semblent accroître le risque de saignement dans le cerveau, ce qui s'avère dangereux et exige que les bébés soient surveillés de près afin d'éviter des complications potentiellement mortelles.

Les chercheurs n'ont également trouvé aucune différence dans les résultats entre les bébés ayant un faible niveau de cortisol, et qui ont été traités avec de l'hydrocortisone et ceux à qui on a donné un placébo. Alors que l'hydrocortisone n'a pas eu d'effets néfastes sur la santé des bébés, elle n'a par ailleurs rien fait pour prévenir ou réduire les maladies respiratoires, infections, ou les risques d'hémorragies.

«Nous avons été intrigués et quelque peu surpris, mais, contrairement à ce que nous attendions, le faible niveau de cortisol ne semblent pas être dangereux et peut effectivement être la norme chez les bébés prématurés", a déclaré le chef de l'étude Susan Aucott, de l'Hôpital Johns Hopkins Children's, a Baltimore.

"Ce que cela signifie, c'est que nous devrions vraiment réfléchir à deux fois avant de nous précipiter sur un traitement d'hydrocortisone dans notre effort pour« corriger » celui-ci peu élevé."

Pour l'étude, les chercheurs ont comparé les taux de cortisol très bas de 311 naissances prématurés immédiatement après la naissance et 1 semaine après. Ils ont constaté que les faibles niveaux de cortisol n'ont pas augmenté le risque de mortalité.

Une dysplasie broncho-pulmonaire s'est produit dans 58% des cas de nourrissons ayant un faible niveau de cortisol, dans 58% des cas pour les bébés ayant des niveaux de cortisol moyens, et dans 62% des cas avec un taux modérément élevés de cortisol. De même en ce qui concerne les hémorragies cérébrales qui se sont produites : chez 24% des nourrissons ayant un faible niveau de cortisol, chez 36% des bébés avec des niveaux de cortisol moyen, et dans 49% des cas ayant un taux élevé.

Les chercheurs n'ont pas encore d'identifié le mécanisme exact conduisant à ces pics dangereux de cortisol, mais peu importe l'élément déclencheur, selon les auteurs néonatologistes il faut surveiller activement les nourrissons présentant des taux élevés de cortisol en raison de leur vulnérabilité face aux hémorragies et à d'autres complications potentiellement mortelles.

Partager cet article

Article de

Commenter cet article