Friday 22nd March 2019,
leblogbebe

L’UNICEF au Mali

Mali-femme-et-enfant Durant un séjour de trois jours au Mali, la directrice de l'UNICEF, Ann M. Veneman, a rencontré des représentants du Gouvernement, et a visité des dispensaires en se rendant à l'ancienne ville de Tombouctou pour voir les effets dévastateurs des changements climatiques sur les enfants.

Lors de réunions avec le Président Amadou Toumani Touré et d'autres fonctionnaires elle a pu discuter de la coopération entre le Gouvernement et l'UNICEF pour améliorer la santé des enfants et leurs droits.

Le Mali, qui est un pays enclavé de l'Afrique de l'Ouest, est classé parmi les plus pauvres au monde, avec plus de la moitié de la population vivant sous le seuil de pauvreté.

"Un enfant sur cinq au Mali ne survit pas à son cinquième anniversaire", a déclaré Mme Veneman. "La plupart de ces enfants meurent de maladies évitables comme la pneumonie, la diarrhée et le paludisme, souvent exacerbés par la malnutrition. Au Mali, 32% des enfants de moins de 5 ans souffrent d'insuffisance pondérale."

La situation des mères est tout aussi désastreuse. Les femmes ont un risque sur 15 de mourir de causes liées à la maternité. Dans les pays industrialisés ce risque est de 1 sur 8.000.

"Le manque de services de santé de base, la malnutrition et un accès insuffisant à l'eau potable contribuent aux taux élevés de mortalité infantile et maternelle", a déclaré Mme Veneman. "Les partenaires de l'UNICEF, et d'autres, travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement pour aider à améliorer les conditions pour que les mères et les bébés aient un meilleur départ dans la vie."

Dans certaines régions, le gouvernement a fait des progrès significatifs. Les programmes de lutte contre le paludisme, qui est l'une des principales causes de mortalité des enfants au Mali, ont été particulièrement réussis. Le Mali a l'un des taux les plus élevés de moustiquaires de lit traitées en Afrique, avec 78% des enfants de moins de cinq ans qui dorment actuellement sous une moustiquaire.

Dans d'autres domaines, comme la lutte contre les pratiques néfastes, il y a encore beaucoup de travail à faire. Mme Veneman s'est élevé tout particulièrement contre les pratiques traditionnelles qui violent les droits des jeunes femmes et des enfants.

"Le travail des enfants, le mariage précoce et les mutilations des organes sexuels féminins sont autant de pratiques communes dans ce pays", a déclaré Mme Veneman. "Environ 85% des femmes et des filles subissent l'excision, ce qui peut entraîner des hémorragies fatales et d'autres problèmes graves de santé."

Environ 71% des filles sont mariées avant l'âge de 18 ans. On estime que 30% ont moins de 15 ans. La pauvreté et l'ignorance, combinées avec de profondes convictions culturelles, sont difficiles à combattre, mais Mme Veneman a insisté sur le fait que le changement des mentalités est possible.

"Le gouvernement a reconnu que ces pratiques sont préjudiciables aux jeunes filles", a déclaré Mme Veneman. "L'éducation est la clé pour briser ces traditions qui privent les filles de leur jeunesse, de leur innocence et souvent de leurs vies."

Partager cet article

Article de

Commenter cet article