Tuesday 26th March 2019,
leblogbebe

Les chercheurs se penchent sur les histoires de monstres

Monstres5 De nombreux parents d'enfants d'âge préscolaire sont souvent aux prises avec les craintes de leurs enfants concernant des créatures imaginaires. Une nouvelle étude propose quelques idées sur la façon dont ils peuvent mieux gérer les tracas de leurs enfants.

L'étude, qui a été menée par des chercheurs de l'Université de Californie, apparaît dans la revue Child Development.

Les chercheurs ont étudié environ 50 enfants de 4, 5, et 7 ans dans le but d'identifier des stratégies d'adaptation que peuvent avoir les enfants. Les enfants ont écouté une série de courtes histoires illustrées. Chaque histoire avaient en vedette un enfant seul ou avec une autre personne. Ceux-ci sont entrés en contact avec quelque chose qui ressemblait à une effroyable créature imaginaire, comme un serpent ou un fantôme. Les enfants étaient invités à exprimer la manière dont une peur intense se manifestait chez chacun des enfants des histoires, afin d'exprimer leur propres sentiments et d'offrir un moyen d'aider l'enfant dans l'histoire à avoir moins peur.

Dans les situations où la peur d'un enfant a été causée par des créatures réelles comme un serpent, ont pu constaté les chercheurs, les enfants devraient s'occuper au lieu de penser à des pensées positives. Dans ces situations, les garçons ont plus souvent suggéré le combat, tandis que les filles ont plus souvent voulu éviter la créature.

Ils ont également constaté que, entre l'âge de 4 et 7 ans, les enfants se sont montrés plus imaginatifs avec des pensées et des croyances pouvant réduire la peur. Les plus petits ont tendance à suggérer d'ignorer la créature imaginaire ou la rendre amicale, les enfants plus âgés avaient tendance à proposer eux-mêmes qu'elle n'existait pas réellement. Par conséquent, les chercheurs pensent que les enfants d'âge préscolaire bénéficient de leur insouciance à voir les choses sous un jour plus positif ( "Faisons comme si le dragon est gentil !"), tandis que les enfants plus âgés préfèrent se concentrer sur ce qui est réel et ce qui n'est pas ( "Les dragons ne sont pas réels »).

"Ces résultats devraient aider les parents en leur rappelant de garder à l'esprit l'âge de leurs enfants, et d'avoir des réactions appropriées au moment de les aider à faire face à leurs craintes, en particulier les craintes des créatures imaginaires", selon les chercheurs.

Source: Society for Research in Child Development

Partager cet article

Article de

Commenter cet article