Tuesday 20th October 2020,
leblogbebe

Quels analgésiques pour l’accouchement il y a un siècle ?

Chloral-3D-vdW Parce que les médecins n'ont pas attendu l'arrivée de la péridurale pour soulager les douleurs des contractions, voyons un peu quels étaient les remèdes qu'ils utilisaient, selon le Formulaire de la Faculté de Médecine de Vienne, un cours datant de 1891.

Le premier entre tous, était l'injection de morphine, préconisée "si l'agitation est grande et la sensibilité excessive".

Ensuite, place à l'opium, mélangé à du sucre, "quand il y a contracture continue, que l'utérus ne cesse de rester rigide, et qu'il se produit un affaiblissement des contractions, ou que l'utérus est très sensible et que les contractions sont inefficaces."

Si les contractions sont douloureuses, la position sur le côté est recommandée. Pour calmer les douleurs plus légères, le bain chaud est préconisé, suivi par un enveloppement de Priessnitz (l'application d'une compresse humide)  autour de l'abdomen, une injection sous-cutanée de morphine ou du chloral (un mélange de chlore et d'alcool, dont les effets secondaires sont impressionnants ; le modèle 3D, en image, a l'air inoffensif mais seulement 10 g de chloral peuvent tuer un être humain). Pour les cas graves, reste la "chloroformisation profonde".

Il faut dire que les connaissances anatomiques sur la présentation et l'engagement de bébé étaient très sommaires à l'époque ; une mauvaise présentation (par le siège, par exemple), pouvez compromettre l'accouchement, exiger une césarienne d'urgence et mettre la vie de la mère en danger.

Après tout, moi je préfère accoucher en 2009. Pas vous ?

Partager cet article

Article de

Commenter cet article