Saturday 23rd February 2019,
leblogbebe

Un lien entre mes maladies cardiovasculaires et l’intolérance au glucose durant la grossesse

Intolerence glucose Les femmes qui ont une intolérance au glucose gestationnel (une maladie moins grave que le diabète gestationnel) présentent plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire, selon une nouvelle étude publie dans le Journal de l'Endocrine Society of Clinical Endocrinology & Metabolism (JCEM).

Les chercheurs de cette étude visaient à évaluer la relation entre l'intolérance au glucose et le risque d'avoir un syndrome d'ordre métabolique (comme les risques cardio-métaboliques dont l'obésité, l'hypertension et cholestérol HDL bas).

Le syndrome métabolique, comme le diabète gestationnel, est associée à un risque accru de développer un diabète de type 2 ainsi que des maladies cardio-vasculaires.

Les chercheurs ont suivi 487 femmes qui ont subi un test d'hyperglycémie par voie orale pendant la grossesse. Chaque sujet a été classé comme ayant une tolérance normale au glucose, une intolérance au glucose gestationnel ou un diabète gestationnel. Au trois mois post-partum, les chercheurs ont évalué les caractéristiques cardiométabolique de chaque sujet, comme la pression artérielle, le poids, le tour de taille et le taux de lipides.

Les résultats soutiennent que, même une légère intolérance au glucose pendant la grossesse prédit une probabilité accrue du syndrome métabolique trois mois après l'accouchement. La présence de facteurs de risque cardiovasculaires dès trois mois après l'accouchement indique que ces facteurs de risque étaient présents depuis de longues dates et peuvent contribuer au risque, à long terme, de maladies cardiovasculaires.

"Les résultats de l'étude soulèvent la possibilité important que les femmes présentant une intolérance au glucose gestationnel représentent une population de patients à risque particulièrement élevé pour le développement futur des maladies métaboliques et vasculaires», a déclaré Ravi Retnakaran, du Mount Sinai Hospital et le Université de Toronto et auteur principal de l'étude. "D'autres recherches sur le long terme sont nécessaires pour aborder cette possibilité."

"En outre, le dépistage de tolérance au glucose peut identifier les groupes de jeunes femmes pour qui le suivi pour risque cardio-vasculaire peut être justifié."

Source : The Endocrine Society

Partager cet article

Article de

Commenter cet article