Friday 19th April 2019,
leblogbebe

Nouveau traitement des neuroblastomes à l’essai durant 4 ans

Localisation-neuroblastomes Les enfants au Royaume-Uni avec une forme à haut risque de neuroblastomes vont profiter d'un nouvel essai clinique international qui utilise l'immunothérapie afin d'éviter une rechute.

L'essai de phase III, qui ouvre au Royaume-Uni ce mois-ci, s'appuie sur les premiers résultats prometteurs d'une étude américaine qui a trouvé que le traitement par immunothérapie, c'est à dire la stimulation du système immunitaire pour lutter contre la maladie, améliorerait les chances de survie des malades.

Environ 100 enfants sont diagnostiqués avec un neuroblastome chaque année au Royaume Uni, généralement avant l'âge de cinq ans. Dans l'ensemble six enfants sur dix sont traités avec succès, mais pour les enfants avec des formes avancées du cancer, il est très difficile de rendre le traitement efficace. Les médecins estiment que près de 40 enfants par an au Royaume-Uni serait admissibles et pourraient éventuellement profiter de ce nouveau traitement.

Ce traitement qui utilise l'immunothérapie traque les cellules de neuroblastome ayant survécu à un traitement conventionnel par la reconnaissance de certaines molécules à leur surface, appelées antigènes GD2. Après s'être collées aux cellules cancéreuses les anticorps attirent ensuite les défenses immunitaires du corps pour attaquer et détruire les cellules cancéreuses ce qui réduit les risques de rechute.

Le procédé, qui s'inscrit dans le cadre d'une démarche européenne plus vaste, se déroulera dans les 20 centres d'essais cliniques, spécifiques aux cancers infantiles, à travers le Royaume-Uni. Il sera traité en tout 160 enfants au cours des quatre prochaines années.

Le docteur Penelope Brock, un oncologue consultant pédiatrique au Great Ormond Street Hospital, qui dirigera l'essai britannique, a déclaré : «Le lancement de cet essai au Royaume Uni est une nouvelle fantastique pour nos patients. Les premiers résultats de l'étude américaine ont constaté que les enfants qui ont reçu le traitement d'immunothérapie avaient moins de chances de rechute deux ans plus tard, en comparaison avec les patients qui n'ont pas reçu l'immunothérapie."

Dans l'étude américaine, la moitié des enfants ont reçu un traitement d'immunothérapie. L'étude européenne pourrait voir tous les enfants admissibles recevoir ce traitement d'immunothérapie, et elle tentera également de réduire certains des effets secondaires graves, que le traitement a vu apparaitre dans l'étude américaine.

Le docteur Brock a ajouté : "Nous avons travaillé très étroitement avec les médecins impliqués dans le processus américain pour concevoir l'étude européenne, et nous espérons vivement que ce processus nous mènera à une autre option de traitement pour les enfants atteints d'un neuroblastome à haut risque."

Partager cet article

Article de

2 commentaires

  1. jarison juin 11, 2011 à 12:50

    mon fils noah est ateint d un neuroblastome méthastastique os moellosseuse de la tete au pied;stade 4 a haut risque…il est suivi a marseille depuis le 29 septembre 2010.il a 4 ans passé.ns en sommes a la radiotherapie et ensuite ns devons prendre une decision a savoir si on fait l immunotherapie…le traitement a bien marché sur noah mé avec beaucoup de complication : septisemie;staphilocoque doré;champignon candidats;aprés l operation un truc trés rare :un trally aprés l operation la transfusion de sang il a eu un oeudeme au poumon donc coma artificiel en rea …tou c bien terminé mé kel frayeur!!!g trés peur ke se soit riské pour lui de faire l immunotherapie…ke dois je faire? aidé moi svp!!!

  2. mireille août 12, 2011 à 5:29

    bonjour, ma fille aussi a été traitée pour un NB avec metast. à la timone. la rechute lui a été fatale et en 2006 on n’avait pas l’immunotherapie. Alors faite le car en cas de rechute il n’y a aucun traitement qui marche…n’ayez pas peur, il a déjà affronté bcp d’épreuves, et le traitement sans immunotherapie a de mauvais résultats..je dis pas çà pour vous faire peur mais s’ils vous proposent çà n’hésitez pas. courage

Commenter cet article